Rechercher
  • davjullien

Tome 2 du Vaisseau Planète disponible en librairies dès le 1er mai

4 000 humains embarqués dans un voyage intersidéral à la recherche d’une nouvelle planète habitable...

A l'intérieur du Vaisseau-Planète, l'équipage est enfin complet et les travaux préparatoires au voyage achevés. Les ouvriers et autres personnels non sélectionnés quittent le chantier alors que l'architecte rejoint ses troupes pour donner le signal du départ.


Objectif : une étoile proche (quelques années-lumières) possédant des planètes telluriques en zone habitable.


Première étape : transformer l'astéroïde Vaisseau-Planète en navire autonome offrant un espace habitable confortable pour ses 4000 occupants humains ainsi que les végétaux et animaux qui les aideront à vivre loin du soleil.


La coopération de chacun est cruciale et toutes les compétences doivent s'exprimer sans réticence ni conflit pour métamorphoser le VP en NEF de l'ESPOIR ou Nadièjnéva en partance vers l'inconnu dans un voyage au-delà du temps individuel.



Sandrine, qui a brillamment réussi toutes les épreuves et tous les tests, vient d’embarquer sur le vaisseau planète. Direction : le Soleil, Jupiter, Saturne, avant de quitter définitivement le système solaire… Elle participe à un projet hors du commun baptisé « Les voyageurs du temps ». Son objectif : découvrir une nouvelle planète habitable.


Une quête tout aussi audacieuse qu’incertaine. En attendant, à l’intérieur du vaisseau planète, les quatre-mille volontaires doivent apprendre à unir leurs forces pour élaborer leur biosphère et réussir à subsister dans un contexte extrêmement périlleux.


La tâche est ardue, mais l’espoir est leur moteur. Ils rebaptisent leur vaisseau en Nadièjnéva, la nef de l'espoir. Parviendront-ils à trouver ce qu’ils cherchent, et à fonder un nouveau monde sur des bases plus saines et plus égalitaires que celles de la vieille Terre ?


Dans le tome 2 de cette saga futuriste et charnelle, Nikos Typounoff aborde une thématique très actuelle – l’espace, son exploration, sa colonisation –, et sonde la psychologie de ces hommes et femmes qui optent pour l’exode volontaire.


Extrait (discours de l'architecte)

- Au mieux, ce voyage durera plusieurs dizaines d'années terrestres, peut-être quelques centaines. Ce sont vos enfants, petits-enfants, arrières-petits-enfants qui arriveront à destination. J'espère pour eux que nous ne nous sommes pas trompés dans nos recherches, calculs et prévisions.

- Le plus grand challenge de ce voyage est la survie de notre communauté et c'est pour cela que vous avez été sélectionnés. Vous devez inventer une société sans guerre, maîtrisant une très haute technologie et les économies d'énergie. Cent mille jours sans soleil, c'est très long et c'est le pari que nous allons faire ensemble.

- Tous ceux qui ne voudraient pas participer à ce projet totalement utopiste pourront nous quitter dans quelques dizaines de jours.

- Vous avez quarante jours à dater d'aujourd'hui pour décider. Je vous souhaite à tous bon courage et je vous remercie de m'avoir écouté si longtemps.


18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout